Bilan de la réforme du Bac et perspectives 2024

Bilan de la réforme du Baccalauréat spécialités et perspectives 2024


Pour lutter contre l’absentéisme croissant après les épreuves des spécialités du baccalauréat en terminale, l’Education Nationale s’interroge sur deux possibilités :

  • Faire passer les épreuves en juin. Problème : les notes obtenues en spécialité ne figureront plus dans Parcoursup, alors que c’était l’idée phare de ce nouveau Bac.
  • Diminuer les coefficients des spécialités pour augmenter l’influence sur l’obtention du Baccalauréat de la philosophie et du grand oral. Problème : ce n’est pas ce qui motivera les élèves à venir participer au cours des spécialités sur le dernier trimestre.


Il est regrettable que l’idée de faire remonter les notes des spécialités sur Parcoursup juste après le passage des épreuves mi-juin juin n’ai pas été retenue, cela aurait permis d’avoir des retours définitifs mi-juillet, voir fin juillet, avec un départ des cours post-bac mi-septembre, pour les affectations de dernières minutes.


Deux avantages :

  • Les élèves de terminale auraient eu un vrai troisième trimestre, permettant de combler les lacunes des années passées pour certains, et le perfectionnement de cette année de terminale pour d’autres aux projets post-bac plus difficiles.
  • Pour le post-bac, il y aurait eu une vraie année de travail permettant aux jeunes diplômés du Baccalauréat d’avoir le temps de gagner en autonomie.

Les nouvelles épreuves du Baccalauréat peu adaptées à des élèves manquant de maturité


L’idée de faire passer des épreuves des spécialités en mars et de traiter encore après cette épreuve des chapitres importants pour l’après BAC a fait son chemin, mais elle ne s’adresse qu’à des élèves faisant preuve de maturité. Il y en a peu et cela induit un écart social dans une même génération. En effet, si les élèves sont censés être des futurs bacheliers prêts pour une autonomie de travail, c’est loin d’être le cas pour notre génération des 17/ 20ans. Il faut les motiver à travailler jusqu’au bout, afin qu’ils ne soient pas dépassés lors de leur formation post-bac.
Pensez à nos formules de coaching scolaire !


Attention aux écarts sociaux aggravés par ces réformes.

Fabrice Gatt, coordinateur pédagogique Les Précepteurs

Quoiqu’il en soit, préparer la rentrée aujourd’hui est indispensable…


Beaucoup de promesses, mais peu de réalisations. C’est normal, ils sont jeunes.

Comme chaque année, les précepteurs vous proposent des stages de révisions pour les jeunes qui n’auraient pas eu le courage d’ouvrir les cahiers à partir de mi-août, pour les élèves aux parcours atypiques de nombreuses remises à niveau sont organisées, grâce à des stages individuels sur mesure, mis en place avec des enseignants en poste connaissant parfaitement les programmes de chaque orientation.

Préparer une bonne rentrée, c’est réserver l’accompagnement de nos élèves qu’il soit ponctuel ou continu sur l’année. Cela est possible chez les précepteurs, en nous contactant durant tout ce mois de juillet ou à notre retour dès mi-août. Comme chaque année les précepteurs ferment leurs portent de début août à mi-août (nous pourrons gérer les urgences par mail si besoin).
Pensez aux stages de Pré-rentrée ou à nous contacter

Facebook
Twitter
LinkedIn
0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Pour suivre nos actualités rejoignez notre Newsletter

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Retour en haut